0 7 minutes 2 semaines

« Le virus est toujours là », prévient le directeur médical de crise du CHU de Guadeloupe, Bruno Jarrige, qui craint la fin du confinement le 19 septembre et la rentrée scolaire le 13 septembre.

La situation sanitaire liée au Covid-19 s’améliore en Guadeloupe, mais les autorités appellent à la vigilance. « Le pic des hospitalisations est passé suite au confinement »,  a annoncé lundi 6 septembre à l’AFP le directeur médical de crise du CHU, Bruno Jarrige.

« Il faut maintenant être très attentif à ce qui va se passer le 19 septembre, avec la fin du confinement et la rentrée scolaire, car le virus est toujours et là et le risque c’est que cela reparte de plus belle », a-t-il toutefois prévenu.

Les autorités ont également souligné, dans leur point de situation lundi, que « la situation s’améliore mais le réservoir de virus est encore très important à l’approche de la rentrée scolaire », prévue majoritairement en distanciel le 13 septembre.

Lundi matin, 68 personnes – dont 59 malades du Covid 19 –  se trouvaient en réanimation, alors que le territoire compte au total « 98 lits de réanimation » et  » 36 lits de soins critiques », selon un communiqué de l’ARS et de la préfecture. Quinze patients Covid étaient encore hospitalisés lundi « en services de médecine à Saint-Martin et Saint-Barthélemy », très majoritairement « non vaccinés ou gravement immunodéprimés », selon la même source. Par ailleurs, « 8 à 10 patients » doivent être évacués vers l’Hexagone mardi.

Cette baisse de la pression hospitalière, qui reste toutefois « forte », fait suite à un infléchissement, fin août, du nombre de contaminations. Après avoir atteint un pic de 1.000 cas positifs recensés par jour, l’archipel, confiné depuis début août, compte à présent plus de 200 cas quotidiens, avec un taux d’incidence de « 432,2/100.000 habitants ». Il faut poursuivre dans cette voie, ensemble, pour renouer au plus vite avec des indicateurs inférieurs aux seuils d’alerte », soulignent l’ARS et la préfecture.

 

Seize morts depuis vendredi, dont aucun vacciné

Lundi matin, 68 personnes – dont 59 malades du Covid 19 – se trouvaient en réanimation, alors que le territoire compte au total « 98 lits de réanimation » et « 36 lits de soins critiques », selon un communiqué de l’agence régionale de santé (ARS) et de la préfecture.

Quinze patients ayant développé le Covid-19 étaient encore hospitalisés lundi « en services de médecine à Saint-Martin et Saint-Barthélemy », très majoritairement « non vaccinés ou gravement immunodéprimés », selon la même source. Par ailleurs, « 8 à 10 patients » doivent être évacués vers l’Hexagone mardi.

Cette baisse de la pression hospitalière, qui reste toutefois « forte », fait suite à un infléchissement, à la fin d’août, du nombre de contaminations. Après avoir atteint un pic de 1 000 cas positifs recensés par jour, l’archipel, confiné depuis le début d’août, compte à présent plus de 200 cas quotidiens, avec un taux d’incidence de « 432,2 sur 100 000 habitants ».

« Il faut poursuivre dans cette voie, ensemble, pour renouer au plus vite avec des indicateurs inférieurs aux seuils d’alerte », soulignent l’ARS et la préfecture. Seize nouveaux décès ont été décomptés depuis vendredi, des personnes âgées de 36 à 97 ans dont aucune n’était vaccinée, ont souligné les autorités.

La pression hospitalière reste forte

Quinze patients Covid étaient encore hospitalisés lundi «en services de médecine à Saint-Martin et Saint-Barthélemy», très majoritairement «non vaccinés ou gravement immunodéprimés», selon la même source. Par ailleurs, «8 à 10 patients» doivent être évacués vers l’Hexagone mardi.

Cette baisse de la pression hospitalière, qui reste toutefois «forte», fait suite à un infléchissement, fin août, du nombre de contaminations.

Après avoir atteint un pic de 1.000 cas positifs recensés par jour, l’archipel, confiné depuis début août, compte à présent plus de 200 cas quotidiens, avec un taux d’incidence de « 432,2/100.000 habitants».Seize nouveaux décès ont été décomptés depuis vendredi, des personnes âgées de 36 à 97 ans dont aucune n’était vaccinée, ont souligné les autorités.

 

Un taux d’incidence encore élevé et une couverture vaccinale trop faible

« Il faut maintenant être très attentif à ce qui va se passer le 19 septembre, avec la fin du confinement et la rentrée scolaire, car le virus est toujours là et le risque est que cela reparte de plus belle », a prévenu Bruno Jarrige. La pression hospitalière reste « forte » et « huit à dix patients » hospitalisés à Saint-Barthélémy et Saint-Martin doivent être évacués ce mardi en métropole.

Les autorités appellent à rester vigilant, alors que la rentrée est programmée au 13 septembre. L’inquiétude est d’autant plus forte que la couverture vaccinale reste faible. Au 2 septembre, selon Santé publique France, seulement 33,7 % des plus de 12 ans avaient reçu au moins une dose de vaccin en Guadeloupe, contre 84,5 % à l’échelle de la France.

Majoritairement « non vaccinés ou gravement immunodéprimés »

Les autorités ont également souligné, dans leur point de situation lundi, que « la situation s’améliore mais le réservoir de virus est encore très important à l’approche de la rentrée scolaire », prévue majoritairement en distanciel le 13 septembre.

Lundi matin, 68 personnes – dont 59 malades du Covid-19 – se trouvaient en réanimation, alors que le territoire compte au total « 98 lits de réanimation » et « 36 lits de soins critiques », selon un communiqué de l’ARS et de la préfecture.

Quinze patients Covid-19 étaient encore hospitalisés lundi « en services de médecine à Saint-Martin et Saint-Barthélemy », très majoritairement « non vaccinés ou gravement immunodéprimés », selon la même source. Par ailleurs, « 8 à 10 patients » doivent être évacués vers l’Hexagone ce mardi. Cette baisse de la pression hospitalière, qui reste toutefois « forte », fait suite à un infléchissement, fin août, du nombre de contaminations.